Les rhumatismes freinent les personnes atteintes à pratiquer de l’activité physique ou du sport. Ces freins sont la douleur, le syndrome de déconditionnement, les problèmes biomécaniques, la fatigue physique ou psychique. Pourtant, à plus long terme, l’activité physique repousse cet écueil de la douleur. Il est donc indispensable d’apprendre à différencier la douleur due à la maladie rhumatismale et celle provoquée par l’effort. Dans tous les cas, l’activité physique ou le sport doit être repris dans le cadre d’un programme personnalisé (construit avec progressivité et régularité).

 

Qu’est-ce qu’un rhumatisme ?

Les rhumatismes sont un groupe de maladies très diverses, qui touchent les articulations et causent des douleurs et/ou un gonflement articulaire.

  • Dans le langage populaire, le terme « rhumatisme » désigne surtout les douleurs articulaires caractéristiques des personnes âgées, qui touchent les genoux, les mains, les hanches… Il s’agit en fait d’arthrose, une dégénérescence des cartilages liée à l’âge.
  • Dans le langage médical, le terme rhumatisme désigne surtout les rhumatismes inflammatoires, ou arthrites. Ils sont liés à une inflammation, qui peut avoir différentes causes, et peuvent aussi toucher les personnes jeunes.

Les rhumatismes inflammatoires sont potentiellement plus graves, car ils peuvent toucher des personnes jeunes et s’accompagnent d’une inflammation qui peut altérer les autres organes (yeux, système digestif…). L’arthrose est davantage une « usure » naturelle liée au vieillissement, mais elle ne répond pas bien aux traitements. Enfin, l’arthrite septique ou la goutte sont aussi des formes de rhumatisme.

Les symptômes du rhumatisme diffèrent en fonction du type de maladie en cause. Il s’agit cependant toujours du même type de symptômes :

  • douleurs au niveau des articulations (mains, genoux, hanches principalement) ;
  • douleurs dans le dos, dans le cou ;
  • gonflement des articulations ;
  • sensation de raideur, surtout le matin. Les articulations deviennent plus souples au fur et à mesure qu’on les « déverrouille » au cours de la journée.

L’importance du sport contre le rhumatisme

L’exercice physique est, contrairement à ce que certains peuvent penser, un excellent moyen d’atténuer les symptômes des rhumatismes. En cas d’arthrose, il s’agit même de l’un des traitements les plus recommandés. Aujourd’hui, nous savons par exemple, que l’activité physique est un pilier du traitement de la lombalgie chronique.

En plus de préserver la souplesse et la force des articulations, l’activité physique permet de renforcer les muscles et de ralentir la dégénérescence du cartilage, souvent accélérée par les frottements liés à une mauvaise posture.

Enfin, le sport améliore le bien-être général et la santé cardio-vasculaire, qui peut être mise à mal par l’inflammation en cas de rhumatismes chroniques.

Quel sport choisir ?

Il ne s’agit évidemment pas de devenir sportif de haut niveau lorsqu’on n’a pas l’habitude de faire du sport. Il faut commencer par mobiliser les articulations en douceur, par exemple en marchant 30 minutes par jour d’un bon pas (et se fier à sa fréquence cardiaque), avec des chaussures de sport. Des exercices d’étirement sont également nécessaires pour préserver la souplesse. La gymnastique douce est donc très conseillée.

Enfin, quand vous vous sentez prêts, la pratique d’un sport à faible impact, comme la natation, la marche, l’aquagym ou le vélo, au moins une fois par semaine (si possible 3) est fortement recommandée.

Consultez votre médecin avant de commencer un programme d’exercice, quel qu’il soit.

Sport et rhumatisme : attention à ne pas forcer !

Pour les personnes atteintes de rhumatismes, le fait de bouger les articulations peut parfois être douloureux. C’est surtout le cas avec l’arthrose. Un programme de rééducation « en douceur » est alors nécessaire. Par ailleurs, il faut adapter son activité en fonction de la douleur, et ne pas « forcer » lorsqu’on a mal. Assurez-vous d’effectuer les exercices correctement.

Penser à perdre du poids

L’obésité et le surpoids sont des facteurs aggravants des rhumatismes. En accentuant la charge qui pèse sur les articulations fragiles, comme le genou, l’excès pondéral peut aggraver les douleurs. En outre, l’obésité est associée à une inflammation et peut aggraver les symptômes des rhumatismes inflammatoires chroniques.

Conclusion :

Les bénéfices de la reprise d’activité physique seront multiples pour les personnes atteintes de rhumatisme : la récupération articulaire et musculaire, l’amélioration du handicap, le reconditionnement à l’effort, la perception de soi (l’estime de soi ou de l’image de son corps), le bien-être émotionnel (bénéfices sur l’anxiété, le stress), et la qualité de vie dans son ensemble sont impactés par la reprise de cette pratique régulière à condition qu’elle soit adaptée à la motivation et aux capacités de chacun.

Julien V.

Références :

rhumatismecomprendrechoisir.com

Société française de Rhumatologie, www.rhumatologie.asso.fr

21ème Congré de Rhumatologie, Alliot Françoise.

%d blogueurs aiment cette page :