L’envie de varier sa pratique sportive vient à l’idée de toutes les personnes qui pratiquent un sport régulièrement. Vous avez été plusieurs à me faire part de questions concernant l’association du vélo et de la course à pied, telles que : « Une séance sur un vélo permet-elle d’être aussi efficace qu’une séance en course à pied? », ou encore : « Est-ce que cet effort va à l’encontre de la progression dans mon activité principale? ». Voici en quelques mots les points positifs et négatifs de cette association dans vos entrainements.

 

 

 

Les points positifs du vélo :

– Etre en portance contribue à l’atténuation des chocs subis par les os, articulations… Surtout pour les personnes courant 3 fois ou plus par semaine.

– La régulation plus facile qu’en course à pied de l’intensité permet de diminuer les risques de micro-traumastismes musculaires après une séance sollicitante.

– Bien que légèrement différent, de par la sollicitation moins globale du corps, le vélo permet un travail cardio-vasculaire, (avec l’aide d’un cardio-fréquencemètre).

– Il permet d’entretenir la motivation en évitant la routine, (enchaîné à 45 minutes de vélo, votre quart d’heure de course à pied peut procurer des sensations totalement différentes de celles que vous connaissez).

Les points négatifs :

– En quantité, le cyclisme développe une musculature différente de celle sollicitée en course à pied, ce qui n’est pas forcément idéal pour celui qui recherche la performance dans cette dernière activité.

– Il est plus complexe de solliciter des intensités cardiaques, car la part de masse musculaire sollicitée est plus faible qu’en course à pied. Les exercices supra-maximaux sont plus difficiles à atteindre.

– En VTT, les chocs ne sont pas toujours faciles à éviter (pour les novices), et le rachis dans son ensemble peut subir des contraintes non-négligeables.

Des effets différents à rechercher selon les niveaux :

La pratique du vélo en complément d’une pratique de course à pied, n’a pas le même effet si vous courez 2 fois ou 5 à 6 fois par semaine. Dans le premier cas, cela pourra être une façon de compléter votre activité privilégiée par une séance plus longue et travailler votre « capacité aérobie » (endurance à faible allure). Dans le deuxième cas, la sortie vélo pourra servir de décrassage, ou même permettra d’augmenter votre travail foncier.

Le vélo convient à tout le monde. Ce sport fait travailler le système cardio-vasculaire, les poumons et les muscles des jambes principalement en permettant un déplacement économe sur le plan énergétique. Il peut être un appareil d’endurance et/ou de renforcement musculaire. L’intensité peut être variée, et cela explique pourquoi il attire les sportifs de tous les niveaux. L’alternance régulière des sollicitations (selon le pourcentage de côte) et la décharge des articulations favorise l’alimentation du cartilage. C’est d’ailleurs un sport largement conseillé pour les personnes souffrant d’arthrose. A noter que sur un vélo d’appartement, l’intensité peut-être réduite au minimum.

Quelle position ?

Bien évidement, elle diffère en fonction de ce que vous recherchez : performance et aérodynamisme, ou plaisir et confort.  Dans tous les cas, il faudra trouver un peu de ces deux critères pour une pratique adaptée. Il faut veiller à une légère flexion du genou, y compris quand la pédale est en bas. La jambe doit être quasiment tendue de sorte à protéger le genou.

Quels moyens de mesure ?

Vous pourrez vous aider d’un cardio-fréquencemètre, d’une montre chronomètre sur un  parcours habituel, d’un cadence-mètre (pour mesurer votre cadence de pédalage à la minute),  ou même d’un compteur. Tous ces outils peuvent vous aider en vous donnant des repères sur votre activité afin de rester dans des durées et intensités qui vous correspondent. Des dizaines d’exercices sont disponibles pour varier les efforts routiniers.

Alors n’hésitez pas, variez, enchaînez, quelque soit votre niveau, vous pourrez trouver des avantages dans l’association vélo/course à pied. Il existe toujours une piste cyclable et des routes ou chemins peu fréquentés par les voitures, mais le risque de chute persiste, ce qui rend le port du casque obligatoire.

A très bientôt, a pied, ou à vélo.

Julien V.     

%d blogueurs aiment cette page :