Select Page

Une tendinite n’est ni plus ni moins qu’une succession de micro-déchirures du tendon. En plus d’un repos salvateur, il faudra impérativement adapter les efforts lors de la période de ré-athlétisation à la future pratique envisagée. Tout cela permettra d’éviter une cicatrisation anarchique des fibres qui ne redonnerait pas les propriétés élastiques indispensables à son bon fonctionnement.

Le tendon qu’est-ce que c’est?

Le tendon est un tissu conjonctif différencié, très peu vascularisé interposé entre l’os et le muscle avec lequel il forme un couple indissociable sur le plan fonctionnel. Sa structure, riche en fibres de collagène est parfaitement adaptée aux forces de tractions dont il est souvent victime. C’est une structure qui est loin d’être inerte, il vit, se modifie, se régénère, se répare… En période de surmenage, (liée à la pratique sportive ou professionnelle) il peut perdre ses qualités mécaniques, se détériorer, voire même rompre. Le plus visible, à l’arrière de la cheville, est le tendon d’Achille. Tous sont composés d’un tissu très riche en fibres, ce qui leur permet de transmettre aux os les mouvements provoqués par les muscles.

Qu’est-ce qu’une tendinite?

La tendinite est un terme générique qui caractérise l’inflammation de ces tendons. L’inflammation est provoquée par une utilisation excessive du tendon, au cours de mouvements répétés, ou par des micro-traumatismes qui peuvent être provoqués lors de la pratique de certains sports. Elle entraîne des douleurs lors des mouvements, et parfois même au repos. Elle fragilise le tendon et peut aller jusqu’à une véritable déchirure tendineuse, voire musculaire.

Certaines localisations sont plus fréquentes que d’autres : l’épaule (avec le biceps et le muscle sus-épineux), le coude (avec la tennis-elbow, ou épicondylite), le poignet ou encore certains tendons de la main. Dans tous les cas, il faut arrêter de faire le mouvement responsable de la tendinite, éventuellement prendre des anti-inflammatoires pour soulager la douleur. L’application de glace ou de chaleur et les massages peuvent faire du bien.

Que faut-il faire en cas de tendinite?

A la suite d’une lésion tendineuse, l’équilibre physiologique dépendra de multiples facteurs : des charges adéquates, un état nutritionnel optimum et un matériel adapté. Grossièrement, il faudra distinguer trois périodes après la période de convalescence. Dans un premier temps il faudra proposer des contraintes mécaniques douces (pourquoi pas dans l’eau ou sur un vélo pour être en décharge selon votre activité, ou réduire la vitesse d’exécution des gestes), puis dans un deuxième temps réhabituer le tendon à sa fonction lors de l’activité par un travail excentrique (il s’agit là d’une période souvent encadrée par un kinésithérapeute), où le tendon est étiré mais toujours avec des contraintes inférieures à celles que l’on retrouvera dans l’activité. Enfin le retour à l’activité peut être fait à des vitesses plus lentes avant de retrouver une activité normale.

Que faut-il manger et boire?

Nous ne cessons de répéter sur le site que la performance (au sens large du terme) n’est qu’un équilibre entre entrainement  récupération alimentation et hydratation. La réparation de la tendinite ne contourne pas ces fondamentaux. Le tendon retrouvera toute son élasticité d’autant plus facilement que nous l’aiderons par une bonne alimentation et hydratation, notamment en évitant l’accumulation de micro-cristaux ou d’acidité (synonymes de calcification du tendon) qui auront tendance à déchirer à nouveau les fibres tendineuses. En ces périodes de convalescence encore plus que de manière générale, il faudra éviter les viandes rouges, les sodas, les fromages à pâte cuite, ou mêmes les sucreries. Attention, ne faites pas l’amalgame avec certains fruits et légumes ou mêmes avec des agrumes comme le citron, acides au gout mais transformés chimiquement dans l’organisme pour devenir totalement alcalins.

Un apport adapté en minéraux est essentiel : silice, zinc, cuivre qui sont des substances électriquement chargées, contribuant à relier les fibres entre elles et permettant un meilleur coulissage, pour que le tendon retrouve ses qualités mécaniques. De plus, la silice aurait des vertus drainantes qui favoriseraient l’élimination des micro-cristaux, ce qui est indispensable car ces tendons aussi appelés “cul-de sac”, ont du mal à éliminer les mauvais minéraux accumulés tels le calcium.

Ici encore une bonne hydratation avec des eaux alcalines, telles que le Badoit ou Vichy, seront bénéfiques au drainage et à l’élimination des déchets.

Il est parfois difficile de trouver le bon équilibre pour guérir les tendinites, mais en étant patient et attentif à son activité, il s’agit d’une blessure dont on sort indemne.

A très bientôt,


Julien V.

 

 

 

 

%d bloggers like this: