L’allongement du temps de vie est une satisfaction, mais pas véritablement une fin en soi. Personne ne signerait pour vivre vingt ans de plus et les passer avec des douleurs chroniques, articulaires ou musculaires. La notion de « bien vieillir » est donc un enjeu majeur dont l’alimentation et l’activité physique en sont les déterminants directs.

En tant que coach sportif, ma mission est de proposer le chemin d’un « vieillissement réussi » (et quand je parle de vieillissement, cela concerne tous les âges), ce qui s’apparente pour certains (avec la reprise de l’activité physique) à un véritable rajeunissement!

 

 

L’activité physique dans la vie quotidienne est réalisable pour tous, même si vous avez plus de 55 ans et que vous n’avez jamais fait de sport ou si vous êtes porteur d’une pathologie chronique (que les cinquantenaires ne m’en veulent pas en lisant cet article, il n’y a pour moi aucun lien direct entre les deux catégories de personnes citées ci-dessus). Dans beaucoup de cas, le sport est praticable, dans certains cas la compétition également. Dans tous les cas, la sédentarité est un risque pour votre état de santé.

 

Quelques indices et définitions :

L’activité physique (AP) comprend tous les mouvements du corps produits par contraction musculaire, qui augmentent la dépense énergétique. Elle englobe tous les mouvements de la vie quotidienne y compris ceux exécutés au travail comme dans les loisirs. La marche est l’activité de base. Concrètement, marcher, jardiner, danser, bricoler, jouer avec ses enfants… et faire du sport définissent l’AP.

Le sport est une activité physique codifiée et réglementée visant une performance.

La santé est comprise quant à elle, comme un état de complet bien-être physique, mental et social, et non comme une absence de maladie ou d’infirmité (OMS, 1946).

Etre sédentaire, c’est quoi?

C’est une personne qui réduit au minimum les mouvements (et où sa dépense énergétique). Le temps pendant lequel vous regardez la télévision, travaillez sur l’ordinateur, et de manière générale où vous êtes assis ou couché contribue à la sédentarité. Elle se caractérise par l’absence d’AP régulière. A noter qu’une personne qui pratique seulement 15 jours de ski pendant la période hivernale et 3 semaines de randonnée l’été est considérée comme sédentaire.

 

Les bienfaits de l’activité physique (AP) :

La liste est longue et nous y reviendrons dans une prochaine publication. Sachez pour commencer que de la diminution des risques cardio-vasculaire à la meilleure estime de soi, l’AP est sans doute le meilleur atout « santé » !

Les effets bénéfiques de l’activité physique sont d’autant plus importants qu’elle est pratiquée depuis longtemps et intégrée dans votre vie quotidienne. Ces bénéfices s’expriment à tout âge et il n’est jamais trop tard pour débuter. De manière générale, il est toujours conseillé de demander un consultation à votre médecin traitant avant la reprise ou le commencement d’une nouvelle activité.

3 principes de base pour une activité physique bénéfique et pérenne :

Modérée :

Nous reviendrons sur cela aussi dans un prochain article, mais une activité physique bénéfique, notamment pour l’amélioration de la fonction cardiaque, se situe entre 60 et 70% de la fréquence maximale. Celle-ci se mesure par un test d’effort quand il est réalisable. Le calcul connu de tous qui consiste à soustraire au chiffre 220, votre âge, ne donne qu’une zone dans laquelle vous risquez de vous inscrire (je n’aime pas vraiment ce genre de calcul parce qu’il insinue que tout le monde répond aux même règles alors que c’est par définition l’inverse!).

Régulière :

30 minutes au moins, 3 fois par semaine ou au mieux chaque jour, sont des rythmes où les bénéfices sont réels. Pourquoi tous les jours ? Car c’est la régularité de l’AP qui est bénéfique pour la santé. L’effet de 3 heures hebdomadaires d’AP réalisée le week-end par exemple, sera moins bénéfique que 5 à 7 fois 30 minutes dans la semaine.

 Adaptée : 

Les intensités, les distances… doivent être dosées et votre tolérance à l’effort évaluée. « L’emballement » de votre pouls et l’apparition de signes d’essoufflements sont des signes signifiant l’inadaptation de votre activité physique à vos moyens. E revanche, si vous arrivez à tenir une conversation en marchant ou en courant, vous êtes en endurance. Il faut savoir que l’endurance et la vitesse d’exécution diminuent avec l’âge, d’où l’intérêt d’avoir un programme adapté et individualisé.

A très bientôt pour d’autres conseils sur votre pratique SPORT-SANTE !

Julien Vidal.

Références :

www.sport.gouv.fr

 

%d blogueurs aiment cette page :